La santé mentale des jeunes est-elle en danger avec Tiktok ?

Avec l’utilisation des réseaux sociaux est en constante augmentation, la plateforme TikTok parait être un terrain propice pour le partage sans frontières d’informations, d’idées et de témoignages. Cependant, la prolifération de contenu lié à la santé mentale soulève des questions sur les conséquences négatives de ces échanges, notamment concernant l’auto-diagnostic de troubles comme la dépression, l’anxiété ou encore les troubles de l’attention.

De l’empathie à l’emballement : les risques de l’auto-diagnostic

Sur TikTok, les vidéos autour de la santé mentale rencontrent un succès indéniable. À titre d’exemple, le hashtag “ADHD” (trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité) a atteint pas moins de trois milliards de vues sur la plateforme chinoise. Cet engouement peut s’expliquer par divers facteurs, dont la volonté des utilisateurs de partager leurs expériences personnelles, d’échanger des conseils ou encore de briser le tabou qui plane autour de ces troubles.

Si échanger des idées et expériences à propos de la santé mentale peut être bénéfique pour certains, il n’en va pas de même pour ceux qui tendent à s’auto-diagnostiquer des troubles après le visionnage de quelques vidéos. Ophélie, une jeune femme de 26 ans, avoue avoir été convaincue qu’elle souffrait d’un trouble après avoir exploré ce type de contenu sur TikTok. Les témoignages, quoique sincères, peuvent conduire au piège du miroir aux alouettes, dans lequel un utilisateur se voit potentiellement touché par tous les problèmes abordés.

L’autorité des influenceurs : une illusion d’expertise

Face à cette déferlante de vidéos autour de la santé mentale, certains influenceurs sont tentés de se positionner en tant qu’experts sur le sujet. En partageant leurs propres expériences ou en donnant des conseils, ces acteurs attirent des millions de vues et deviennent des sources crédibles aux yeux des jeunes utilisateurs. Pourtant, sans formation ou compétence avérée, cette fausse expertise peut engendrer des conséquences néfastes pour ceux qui suivent aveuglément ces “spécialistes”.

Amnesty International tire la sonnette d’alarme

Dans un rapport intitulé “Pushed into Darkness”, Amnesty International dénonce la manière dont l’algorithme de la plateforme peut dangereusement renforcer la détresse de jeunes utilisateurs en situation de souffrance psychologique. L’organisation a examiné comment ce réseau social populaire auprès des jeunes peut alimenter la détresse d’utilisateurs souffrant de dépression ou d’anxiété.

Afin de préserver la santé mentale des adolescents et jeunes adultes fréquentant TikTok, il serait nécessaire d’établir certaines règles et limites concernant le partage de vidéos traitant de ces sujets sensibles. Par exemple, inciter les influenceurs à indiquer clairement qu’ils ne sont pas professionnels de la santé et que leurs conseils ne doivent pas être pris comme un diagnostic médical pourrait contribuer à réduire l’incidence de l’auto-diagnostic.

Un enjeu majeur pour notre société connectée

La popularité grandissante des vidéos portant sur la santé mentale sur TikTok amène à se questionner sur l’impact de ces contenus sur les jeunes populations. Si cette prise de parole autour des troubles psychologiques peut être bénéfique d’un point de vue collectif, son côté sombre fait également peser une menace sur ceux qui s’y aventureraient sans garde-fous.

Laisser un commentaire